Voitures en autopartage : le choix de Marseille

Hey ... pssst

Celui qui est passé par Paris, Lyon ou Bordeaux connaît Autolib la petite voiture électrique en libre service. Marseille semble s’enticher d’une concurrente La Twizy. Ainsi chaque région, tout en se mettant à l’heure de l’écologie, commence à avoir un choix qui s élargit petit à petit en matière d’autopartage.

Des idées novatrices

C’est la Twizy (Renault) de la société Totem Mobi qui semble avoir les faveurs de Marseille. Il faut dire que E. Champaud, fondatrice de la société, fourmille d’idées novatrices : sa petite voiture est bien-sûr en autopartage, elle est électrique, mais surtout elle ne facture que 50% à l’usager, l’autre moitié étant  payée par un annonceur. Elle est en effet un support de publicité mobile.

Plus novateur, Totem Mobi propose aux entreprises d’installer, à leur porte, une borne de recharge et de pouvoir ainsi louer à l’année une petite flotte de véhicules à usage exclusif de leurs salariés ou visiteurs. Ceux-ci pourront effectuer les trajets entre domicile et bureau ou faire des courses à l’heure de la pause.

La grande sœur Autolib

C’est tout de même l’entreprise du groupe breton Bolloré, qui a été le grand initiateur du service public d’autopartage de voitures électriques, après avoir développé et largement breveté sa batteries LMP mise au point en Bretagne sur son site industriel.

Implantée à Paris, Lyon et Bordeaux avec 70 mille abonnés réguliers, Autolib atteindra bientôt les 80 mille, soit son seuil de rentabilité. Il n’a cependant pas attendu pour s’exporter et une décapotable (la BlueIndy) verra bientôt le jour sur les côtes californiennes.

Et ailleurs …

Cela fait déjà quelques années qu’à Strasbourg on pratique l’autopartage grâce à la société coopérative Citiz. La ville a privilégié dans un premier temps cet acteur local et ce sont des Yea (Smarts) roulant à l’essence qui occupaient le créneau.

Mais s’il ne fait pas de doute que partager plutôt que posséder est tendance, cela ne suffit point à une époque où on cherche absolument à réduire les émissions de CO2. Strasbourg s’est donc déjà doté de 34 bornes de recharge et teste des voitures électriques avec des partenaires comme EDF et Toyota.

www.totem-mobi.fr

So Cosy Hotels © Damel Edition conseil - Marc-r